1er réseau associatif de financement des créateurs d'entreprise
214 plateformes locales qui couvrent tout le territoire français
18 164 entreprises et 49 498 emplois créés ou maintenus en 2019
Accueil > Portrait

Portrait

Cette semaine, nous mettons à l'honneur notre nouvelle administratrice Florence Tillie, également marraine de créateurs depuis 2013 et gérante du cabinet de conseil Serenis.

 

« Aider, soutenir, donner des conseils, mais aussi recevoir et apprendre »

 

 

Florence Tillie cultive une vraie passion pour l’entreprise et les entrepreur.e.s. Son aventure entrepreneuriale démarre au sein de l’entreprise familiale implantée en région parisienne et spécialisée en sécurité incendie. Durant 20 ans, elle accompagne les équipes, les projets et l’ensemble de l’entreprise à grandir. En 2011, elle prend la décision de la revendre et de créer son cabinet de conseil de Serenis Gestion en Pays d’Aix. Son ambition est d’apporter son expertise en termes de vision stratégique, de gestion, de management et de pilotage de la performance afin de contribuer au développement des PME. Ce qui lui plaît, c’est de partager son expérience avec les chef.fe.s d’entreprise. Transmettre et accompagner, voilà deux verbes qui définissent parfaitement son crédo.

 

Partage et échange au cœur d’IPA

Florence est toujours en mouvement, son appétit de comprendre, de découvrir et de partager est sans faille. C’est dans cet état d’esprit qu’elle est devenue bénévole chez Initiative Pays d’Aix, aujourd’hui administratrice au sein du Conseil d’Administration, elle marraine des créateurs depuis 2013, propose des ateliers de gestion financière. Son engagement lui permet d’être en contact régulier avec les membres, partenaires, bénévoles et lauréats du réseau IPA. Elle partage les valeurs de partage de savoirs, de transmission et de transparence, elle apprécie particulièrement l’équipe permanente : professionnelle dans la bonne humeur. La notion d’échange est centrale dans son engagement aux côtés d’IPA : « Etre marraine d’entrepreneur.e.s, c’est aider, soutenir, donner des conseils, mais aussi recevoir et apprendre. Les créateurs sont souvent source d’inspiration et cela participe à créer des relations durables, bienveillantes où tout le monde est gagnant ».

 

Déterminée face à la crise

C’est tout naturellement qu’elle participe à la mobilisation autour du fonds COVID Résistance, d’abord en instruisant des dossiers (vérification de la complétude des dossiers, approfondissement et préparation aux comités), puis en présidant des comités. Pour mener à bien cette mission, certaines qualités humaines comme la bienveillance et l’empathie sont indispensables, qualités que Florence sait mettre en pratique avec finesse et rigueur. Pour Florence, la crise s’est articulée en trois phases distinctes. La première correspond aux deux premières semaines de confinement : « Panique, frustration et perte de certains repères. Les chef.fe.s d’entreprises ont vu le travail de plusieurs années réduit parfois à néant. Fermer les portes de son entreprise, mettre les effectifs en chômage partiel, le couperet tombe ». Ensuite, différents dispositifs d’aide ont vu le jour, reste la difficulté de faire face à l’incertitude. Enfin, est arrivée la phase d’adaptation avec la recherche de nouvelles solutions et d’organisations en accord avec les recommandations sanitaires…

La crise sanitaire, le confinement, de véritables épreuves pour les entreprises avec un seul objectif : rester à flot ! Grâce à la mise en place de dispositifs solidaires venant de tous les acteurs économiques : report des charges, PGE, chômage partiel, prêts d’urgence comme COVID Résistance. Ainsi de nombreuses entreprises ont pu tenir le coup malgré des situations financières très critiques. En fait, Florence qui voit loin, s’inquiète pour le futur, particulièrement pour les deux premiers trimestres de 2021, période où il va falloir rembourser les prêts et supporter les charges reportées. « Ce contrecoup risque d’être fatal dans certains secteurs d’activités. Les entreprises en difficulté avant la crise vont sûrement disparaitre et celles en bonne santé vont pouvoir survivre ».

Selon Florence : « la crise que nous traversons a définitivement permis de démocratiser le télétravail, En effet, même si celui-ci montre certaines faiblesses, et qu’il apparait évident qu’une part de présentiel est vitale, on a pu goûté aux nombreux avantages qu’il présente notamment côté transport ! ». Florence a décidé de maintenir une bonne part de télétravail dans son activité et estime que les entreprises devraient le valoriser davantage. Pour finir, l’aspect mondial de la crise a engendré une prise de conscience générale concernant l’importance des libertés et du contact humain.

 

D’après une interview réalisée par Emma Guirandy et Julia Santi pour IPA

 

Site Internet : http://www.serenis-gestion.fr/

 

La lettre ? Initiative S'abonner